11

NUCLEUS OU ART MOBILIER NON CLASSIQUE *

Une question de plus dans l'univers de l'art préhistorique où tout n'est qu'hypothèses plus ou moins vérifiables et dans lequel l'imagination peut de déployer jusqu'à l'invraisemblance si on ne la canalise pas .Dans ce site sont exposés des faits de base indéniables vérifiables par les photos .Les commentaires sont prudents et la vraisemblance en est toujours le but primordial.

      Avant de lire ce site,donc, pour situer le niveau du problème ( et vous inciter à penser que vous n 'avez pas affaire aux élucubrations habituelles de ce domaine , il faut bien l'évoquer ) vous êtes invités à lire le site                     http://clactonienwimereux.monsite-orange.fr où sont décrits les outils qui accompagnent les artefacts ENIGMATIQUES  étudiés  plus loin et vous assurer que vous êtes sur un terrain solide bien balisé. La condition unique, sine qua none, de la collecte a été la certitude de travail anthropomorphique sur la pièce (en silex uniquement ...) à l'exclusion de tout autre critère.

 *  .Pour les septiques irréductibles ( que je comprends et les passionnés ) Ils peuvent consulter l'étude que GEORGES SAUVET  ( préhistorien de renom ) a consacré aux plaquettes de limon durci de BEDEILHAC où ils retrouveront une argumentation similaire .      https://www.researchgate.net/publication/289536851...

DEBUTS DE L'ART

: Comme cet artiste qui a essayé de le représenter notre HOMO  a probablement commencé son apprentissage dès l'utilisation du feu avec du charbon de bois comme crayon .Nous ignorons si c'était du fusain mais il est très probable qu' après avoir plongé la pointe de son épieu dans les braises du foyer pour la durcir il l'ait frottée le long des creux d'un rocher pour enlever l'excédent de bois brulé et l'aiguiser . Le résultat a donné des inscriptions sur les rochers . Si le chasseur était peu intéressé par ces marques il est très probable que des enfants eux y aient vu ce que leur dictait leur imagination ( auto déclenchement *) et se soient amusé à l'imiter avec des charbons de bois. Le résultat sera quelques milliers de siècles plus tard , les magnifiques illustrations de la grotte CHAUVET .

* Cette notion de déclencheur, réinventée par l'auteur, qui aurait incité les homos à dessiner( ou à sculpter peut-on ajouter ) a déja été définie par LUQUET il y a un siècle après ses travaux sur les dessins d'enfants.

homo2

Comment a pu débuter la sculpture? Il est probable que l'homme se soit intéressé aux formes naturelles des silex qu'il manipulait ( ou des déchets de nucléus qu'il venait de tailler : auto déclenchement là aussi ) et qu'il se soit amusé à les rectifier par quelques enlèvements pour accentuer les ressemblances qu'il entrvoyait dans ces formes suggestives.(voir la photo ci dessous)

S'il est impossible de distinguer les premiers essais avec les pierres naturelles il peut en exister de suffisamment travaillées pour être reconnaissables , conciliant l'imagination et la raison, bien que n'étant pas exécutées par des prix de ROME.

   C’était une hypothèse défendue par l'abbé BREUIL qui malheureusement n'a jamais disposé du matériel valable pour la prouver , et qui est rejetée par les scientifiques ....prudents...on les comprend.......mais on peut citer P BAHN* : a droite, qui cerne le problème.

P BAHN* : " Ne cherchez pas le berceau de l'art "

C’est l’histoire de la recherche qui est en cause…..puisqu’il est inconcevable que l’ « art » ait pu exister avant l’homme moderne…Cela ne vaut tout simplement pas la peine de le chercher là ou il ne se trouve pas » ! C’est un phénomène classique de cette discipline, qui fonctionne sur la règle du « il faut le croire pour le voir »….On est en train de réexaminer des collections anciennes de matériel antérieur au paléolithique supérieur et on y découvre des objets d’art qui avaient jusque-là été ignorés ou n’avaient pas été vus tout simplement parce qu’ils n’auraient « pas du» ou « pas pu » être là « les néandertaliens d’EUROPE on bien eu une production artistique propre ; ils n’ont pas simplement copié les hommes modernes"

mas dzil 2

DSCN0024

DSCN0026

Réflexe d'homo sapiens et probablement bien antérieur

A gauche: tête  humaine avec un œil peint sur un découpage naturel de la paroi au MAS D'AZIL .L'artiste a utilisé habilement la silhouette entrevue dans son imagination , réaction inhérente à la nature humaine largement reconnue et illustrée dans l'art pariétal partout.

   Réflexe  identique et tout aussi fondé mais réalisation inverse  avec ce silex cabossé où l'imagination est encore plus sollicitée   (photo du milieu ) avec cet œil naturel bien en évidence (déclencheur de l'idée de rectifier) et la rectification la plus simple à la portée de n'importe quel tailleur de silex. Deux groupes d'enlèvements cohérents,un pour évoquer le dessous de la mâchoire  (7 impacts visibles ) et celui de la photo à droite (10 impacts pour rectifier l'oreille face gauche et dessus) bien conservé, suffisent pour "parfaire" !! l'image....selon le standard défini plus loin == Pièce  malheureusement très roulée mais conservant suffisamment d'éléments anthropiques indiscutables pour l'authentifier, au moins comme artefact La probabilité comme outil est quasi nulle, on ne saisit pas l’intérêt des aménagements ou des éclats hétéroclites de petite taille obtenus, par contre comme "curios" elle est flagrante. (pour l'interprétation à rapprocher de  la "perfection" du n°15 à 21).

Les découvertes récentes prouvent que le postulat selon lequel l'art est né avec l' HOMO SAPIENS s'avère faux, NEANDERTAL (au moins ) avait déjà des notions artistiques largement  suffisantes pour ce qui va suivre.

LEROY-GOURAN dans son livre "Le geste et la parole" situe cette étape bien avant l'homme de NEANDERTAL

"Mème s'il n'y avait pas de recherche consciente chez l'ouvrier qui n'était encore qu'un pithécanthrope, même si l'on doit considérer cet équilibre des formes comme une simple propriété analogique, la possession du moyen de prévoir la forme à travers la matière et de la conduire jusqu'aux confins de la perfection esthétique suffit pour faire accorder aux hommes d'avant l'homme de Neandertal un niveau correspondant de manifestations figuratives .

Dans l'hypothèse étudiée nous sommes précisément à ce niveau, il n'y a rien à ajouter.

Des ornements ,pendentifs,  fabriqués avec des dents diverses trouvées dans la Grotte du Renne sont datés de -42000 ans avec les restes humains néandertaliens correspondant .

GAUTHIER  CARIOU      "LA RECHERCHE"   nov 2016

DENIS VIALOU

« L’art préhistorique est la manifestation de la pensée

ON sait que notre monde s’est bâti sur la diversité culturelle depuis le début. Cela dit, la préhistoire garde de grands mystères. C’est un vaste puzzle, et chaque nouvelle grotte, chaque dessin d’animal, chaque objet étonnant   doit être considéré comme une pièce de ce puzzle. A nous ensuite de le placer au bon endroit, à condition que cela soit scientifiquement vérifié. »

DANS L'INDUSTRIE PALÉOLITHIQUE DE LA POINTE AUX OIES

Sur environ 900 artefacts on trouve proportionellement

artefacts pao2

nug egn1

 Selle tes rêves avant de les chevaucher

          (proverbe chinois)

Pourquoi "artefacts": pour bien souligner la nature de ces pierres travaillées ( avec une épaisse patine garante de l'ancienneté précisons encore ce point) , noeud du problème, en un mot  leur authenticité , idée qui sera étayée avec redondance tout le long de ce site . Ces silex taillés ont été récoltés avec les outils,estimés du paléolithique ancien, dont ils ne diffèrent que par leurs formes bizarres obtenues par la taille. Le caractère le plus spectaculaire est leurs dimensions, en moyenne 12 à 15 cm , d’un poids excédant le kg  (34kg pour la plus lourde) donc n’étant pas conçus pour être maniées. La taille comme pour les outils est fruste mais précise, pas d'hésitation dans le geste , à larges éclats avec des entailles profondes bien délimitées réalisées par des angles d’attaque proches de la normale à la surface ( En fait typiquement clactonien). 

 

 

L'idée est venue  à l'auteur ( qui  connaissait peu de choses à l'art préhistorique ) que ces artefacts pourraient être en fait des sculptures primitives en voyant son chien tourner avec circonspection autour d'un nucléus déposé sur le gazon .Si un chien peut être sensible à une telle apparence les Neandertals et autres devaient l’être encore plus .  

          Les préhistoriens locaux, bien que reconnaissant que les silex en question étaient bien des artefacts et qu'il y avait peut être une intention dans ces formes, ont prévenu gentiment que l'époque (années 1970) ne se prêtait pas à la réouverture de ce genre de dossier après les empoignades effrénées entre les préhistoriens à propos de pierres figures et leurs invraisemblables   documents en pierres naturelles non taillées ou de travail douteux...

      L'histoire s'est arrêtée prudemment là .......avec une sélection drastique mais impitoyable des artefacts inclassables les réduisant à une trentaine, ...quarante années de réflexion.. et d'études..Les immenses possibilités d'internet , les nouvelles découvertes telles la grotte CHAUVET ,  reculant toujours la naissance de l'art , l'évolution ultra rapide des idées qui tendent à rehausser le niveau cognitif des anciens homos ( 1*,2*) et la remise en question de correspondance entre niveau cognitif et volume du cerveau ce qui change les aspects du problème.......bref la probabilité de la vraisemblance de cette hypothèse ne fait qu'augmenter....L'ancienneté de l'homo sapiens récemment reculée à -300.00 ne fait que nous obliger à nous interroger sur l'importance réelle de sa supériorité cognitive  avec ERECTUS .

Autre nouvelle nouvelle vision de l'art préhistorique c'est son universalité , des  formes originales d'art ont surgi selon les époques et les moyens partout (2*).,......toutes choses qui font évoluer les idées des chercheurs sur l'évolution de l'art à ses débuts et qui laissant espérer un autre regard sur ce genre de trouvailles , permettent de présenter ces silex, sujets d'étude un peu plus solides , avec l'espoir d'attirer l'attention des spécialistes et de les inciter à jeter un œil neuf dans les fonds de caisses des réserves de musées archéologiques. ( Ce qui vient de se faire à propos des incisions sur les os au musée de PECH MERL )

 ( 2*) LORBLANCHET:  Quoi qu'il en soit, je suis persuadé que l'apparition de l’œuvre d'art est toujours un phénomène ponctuel dépendant des circonstances locales.

ETUDES DE PROBLEMES CONNEXES

Des chercheurs dans un domaine connexe de la préhistoire se sont penchés sur les incisions visibles sur des os trouvés dans les cavernes,essayant obstinément avec des moyens drastiques de canaliser l'imagination , nécessaire mais redoutable, pour trouver un sens dans ces traits hétéroclites. Une des premières difficultés étant de s’assurer qu’ils sont bien d’origine humaine. Les résultats incertains voire contradictoires décevants, ne sont pas à la hauteur des moyens employés et incitent à la prudence et à l'humilité dans ces domaines (2*).

De même d’autres travaillent sur la signification de simples signes géométriques dessinés sur les parois des grottes ornées. Les résultats peu probants ne sont pas  concordants et toujours discutés (et probablement le resteront toujours...). Cette possibilité a été étudiée également sur des silex portant des traces de stries et d'incisions , avec des résultats identiques (2*)

Ce qui ressort d'indubitable dans ces études et qui nous intéresse directement c’est  qu'il est admis par les scientifiques que l'homme préhistorique essayait de faire passer une idée à l’aide de signes même les plus infimes pour ne pas dire insignifiants sur de vulgaires déchets ?  .

        Dès lors on peut donc imaginer avec la mème logique que ces homos aient essayé de traduire des idées par des formes obtenues par la taille sur des silex ( qu'ils manipulaient à longueur de journée ) . S'il parait peu évident de pouvoir reproduire facilement un petit signe reconnaissable quelconque sur un silex par des stries ou incisions, par contre il est prouvé par les bifaces de pouvoir lui donner une forme assez reconnaissable par la taille, qu’on peut définir comme un ensemble cohérent ,interprétable , de signes : véritable idéogramme . Ensemble assez complexe pour contenir une sémantique d'un niveau nécessaire et suffisant à la portée de NEANDERTAL . Il est d'ailleurs admis actuellement que les bifaces soignés de  l’acheuléen appartiennent à cette catégorie .

. En s’inspirant de ces méthodes pour essayer de rester objectif et limiter la subjectivité et les dérives de l'imagination ( syndrome ravageur de la pierre figure ) , on peut chercher à trouver une organisation intentionnelle plus ou moins commune des différentes parties des pièces. La condition de départ, sine qua none, l’origine humaine du travail, est remplie, ne sont présentées ici que des pièces non douteuses de ce point de vue.


IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII


L'étude porte sur les 12 nucléus ci dessous parmi les plus représentatifs


Les formes sont disparates comme peuvent l'être des têtes de différents mammifères . dans une série majoritaire  apparaissent des ressemblances grossières obtenues par une méthode de taille identique ,indice d'une chaine opératoire vers un but prédéterminé et une certaine unité dans "la production".

   Un examen attentif nous permet de mettre en évidence une corrélation entre les pièces sur les   différentes parties travaillées .On discerne , réalisées par la taille, 4 zones différentes nettement caractérisées et constater qu’elles occupent toujours la même disposition relative les unes par rapports aux autres ce qui amène à des formes grossièrement semblables , quasiment codifiées , ressemblances pas toujours évidentes au premier regard . On peut parler de code ou de résultat de la propension à l'imitation dont sont doués les hominidés depuis leur apparition et dès lors suspecter une intention fondamentale commune dans ces projets et un canevas de programmation dans l’élaboration de ces artefacts vers une convergence de forme avec de simples variables dans les dimensions , ce qui amène les différences constatées : Ce qui n'est qu' une aptitude à se représenter la finalité de ses actes ; déjà largement prouvée dans le biface et dans la technique LEVALLOIS à un degré de difficulté cognitive et technique encore plus exigeant mais déjà utilisée par l'HOMO HEIDELBERGENSIS (1*)

L'australopithèque qui taillait son chooping en prévoyait la forme ( 1er degré), il en prévoyait la fonction : tailler du bois pour faire un bâton pointu (2éme degré), enfin il imaginait l'utilité ultime de ce bâton : tenir le danger à distance : 3ème degré de complexité. On retrouve là toutes les fonctions d'enchainements logiques de base dont héritera deux millons d'années plus tard l'HOMO ERECTUS puis NEANDERTAL capables avec aisance de rectifier la forme d'un silex en pensant à une tête d'animal.

Remarque sur la manière générale de tailler les outils :

L 'homo qui désirait faire une série d'outils coupants s'arrangeait pour faire des éclats assez grands, tous à peu près de dimensions semblables , il faisait quasiment des tranches dans le nucléus et utilisaient les éclats .

     Par contre quand il voulait faire un biface ou n'importe quel artefact d'une forme prédéfinie il commençait par enlever de grands éclats et plus la forme se précisait plus les éclats devenaient petits et précis , travail de sculpteur qui commence par faire sauter des blocs entiers pour finir par poncer la pierre comme la hache en pierre polie.Les nucléus de WIMEREUX sont taillés selon cette méthode , les zones 2 et 3 définies ci-après sont délicatement aménagées alors que la zone 1, résultat de la suppression de matière inutile , est tranchée à larges éclats. On devine là une volonté bien orientée comme lors de la fabrication d'un biface . Ce qui est un détail de plus qui incite à la réflexion !!!




douze nuc enig

4 ZONES MISES EN ÉVIDENCE

Ce qui donne ce canevas plus ou moins déformé mais mis en évidence sur la pièce verticale n°35 à droite .

4zones

ant .

Cartailhac : « Il faut s'incliner devant la réalité d'un fait

..........................ZONE 1.........................

La partie  à prendre comme base de démonstration pour les définitions est la zone située à une extrémité du grand axe  (majoritairement ) complètement tranchée par de violents enlèvements (angles d'attaque De 30à 45° ou 150 à 135 °) qui ont pour résultat de déterminer un plan grossièrement perpendiculaire à cet axe, et non une arête coupante comme sur un biface ( sauf les n° 4 & 7  ou c'est moins évident) . zone la plus travaillée en général et la plus repérable .voir le tableau ci dessous qui représente ces zones sur les nucléus.Pourquoi cette "coupure" ,si le tailleur était intéressé par une partie de la pierre il est logique qu'il enlève le superflu qui dépare peut être sa vision de son œuvre , comme une signature...?

zone1 1

ZONE1 -2

                             ..........................ZONE 2........................

A une extrémité de la zone1 des retouches d’aménagement dégagent,  ou soulignent une pointe : zone 2.Il s'agit bien d'une pointe et non d' un essai de supprimer une bosse naturelle du silex. Notez la similitude d'élaboration des N°2,3,7,8,10,11,12 .on peut imaginer la représentation d' une oreille . Sur plusieurs pièces la base de la pointe est légèrement entaillée de la même façon pour accentuer la forme.( voir dessin et photos) .Caractéristique que l'on retrouve sur nombre de plaquettes de BEDEILHAC . (v. ci dessous la tête de cheval )

zones2-1

oreilles coincidences

zones2-2

te de cheval

..........................ZONE 3 .........................

A l’autre extrémité de la pièce par rapport à la zone 1 la pièce est en pointe arrondie en profil et en épaisseur par un travail  plus soigné d'enlèvements rasants, très différent du travail de la zone 1 réalisé en force : zone 3 avec en général une recherche de symètrie par rapport à l'axe vertical. .La différence est très nette ce qui traduit une différence de but. C'est l'élaboration du museau ou mufle selon les interprétations.

    Ces 3 zones les plus importantes donnent la forme générale d'une tête de mammifère , contenu sémantique accessible à tous à l'époque et peuvent servir de guide dans l'interprétation de certaines pièces où la ressemblance n'est pas évidente (genre n°10 )

Notez la similitude d'élaboration typique des N°1,2,3,11

ZONES3

..........................ZONE 4.........................

On peut y ajouter une quatrième zone, souvent naturelle mais qui devait jouer un grand rôle lors du choix du matériau par l’artisan. Située devant et sous la zone 2 elle consiste en un creux ou carrément un trou dans le galet facilement assimilable à un œil , ce qu'on peut considérer comme déclencheur qui incite le tailleur à rectifier la pierre, (chose irréalisable avec les moyens de l'époque donc recherchée par l'artiste), parfois matérialisée par une entaille profonde, ce qui représente les yeux .

zon 4

..........................ZONE 5.........................

D’autres éléments trop peu marqués sont difficiles à prendre en compte telle une zone rectifiée sous le dessous qui servirait à poser la pièce en équilibre (z 5) et un amincissement marqué (Z6). Il semble enfin que des enlèvements sur les cotés soient des essais de rétablissement de la symétrie entre les 2 faces (par rapport à l'axe de la hauteur voir pièce n°2 photo du milieu ).On entre là dans un domaine discutable et seules des études statistiques précises permettraient peut être de le confirmer mais ces "améliorations" disparates et ponctuelles viennent toujours renforcer l'hypothèse sculpture.


Le fait qu'au départ les "artistes" aient choisi des silex ayant une forme proche de celle définitive qu'ils voulaient obtenir (appelons ça déclencheur, difficile de parler d'inspiration) est tout à fait logique et vient plutôt renforcer l'hypothèse .Il n'est pas venu à l'homme de vouloir sculpter une tête d'animal sans y être fortement amené par une circonstance extérieure assez précise Les artistes du MAGDALENIEN qui découpaient des tètes de chevaux en os se servaient de l'os hyoïde de cheval (en quasi exclusivité) qui a déjà une forme approchée....même processus intellectuel à la base.Les interprétations de certaines "œuvres" sont évidemment discutables comme dans l'art pariétal selon les "niveaux artistiques" , il faut garder en mémoire la nature supposée et les conditions d'élaboration de ces artefacts.

Si on persiste à les considérer comme outil il faut expliquer leur utilité et l’intérêt de leur donner cette forme.

lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

socles

llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll


Dans ces 3 premières pièces où on retrouve toujours les 3 zones la part découpée est prépondérante. Le travail au démarrage ressemble  à l'élaboration d'un biface. Le silex est d'abord aminci par de vigoureux enlèvements en conservant la forme générale puis il est découpé plus soigneusement.. On pourrait les interpréter comme grattoirs ou bifaces ratés mais cette hypothèse est difficilement compatible avec les reliefs tourmentés du silex leur poids élevé du a leur épaisseur pour les grattoirs et le biface est quasiment inconnu dans cette industrie.On peut les considérer comme des "fossiles directeurs " de la série.

l

llllllllllllllllll 1 lllllllllllllllll

1kg250    17x11cm

taillée aux 3/4 . L'œil est créé par une forte entaille entourée par une dizaine plus petites ce qui donne cet aspect d'œil de félin. Le haut de l'oreille a été mis en évidence par le négatif d'un bulbe de percussion, le bas par une petite encoche résultat de petits enlèvements précis  Le mufle est affiné en largeur par de nombreux enlèvements .Le tout est recouvert d'une. épaisse patine noire tendant au bleuâtre

1 vue sc

llllllllllllllll  2  llllllllllllll

2vue sc

dessin1

Pièce massive 1kg200 15 x 12 x 8 cm silex rogné sur les 90% par des enlèvements énergiques, voir dessin.

 La zone 2 est nettement taillée en pointe et soulignée par un enlèvement horizontal

la zone 3 ( quasiment modèle typique) arrondie grossièrement par 3 enlèvements parallèles se termine par un angle à 45°.

========================================

3

3 vue sc

pièce élaborée comme  les N° 1 &2 , entièrement "épluchée" .Cela pourrait être un grattoir ou une encoche personnalisée par son propriétaire mais au maniement malaisé.l'oreille est nettement taillée et soulignée.Un encoche est située à l'emplacement de l’œil.Le museau est bien affiné par une série de petits enlèvements Le tout pourrait représenter une tète d'élan .

===========  4  ===========

4 vue sc

1kg700    16 x 13 x 7 cm

 la zone 1 à l'arrière est moins plane que la moyenne et comporte plusieurs angles d'attaque du bas vers le haut et de droite à gauche.Le bas à droite de la photo a été soigneusement rogné pour enlever une bosse qui devait empêcher la pièce de reposer horizontalement . Même chose au niveau de la joue, enlèvements et martelage pour rogner une bosse ( recherche de symétrie avec l'autre profil vu de face?)

==================  5  ==================

5vues gale droite

1kg250   13 x 13 cm

La taille a consisté à trancher l'arriére perpendiculairement à la face droite ,impacts de droite à gauche puis à partir de ce plan de frappe enlever de l'épaisseur sur et sous cette face ( les ondes de choc sont particulièrement évidentes) , ce qui sculpte une petite pointe qui pourrait vouloir évoquer la barbiche d'un bison .Sur le dessus 2 enlèvements principaux et quelques grignotages determinent une pointe , corne ou oreille de bovidé? Le devant a la forme naturelle d'un museau.Il faut noter que le soin apporté dans la rectification du bas rejoint le mème but que dans la pièce n° 4 .

=============  6  =============

6 vue sc

DSCN0042

DSCN0039

6 museau

6 barbiche

6 T Q ARRIERE

34 kg  40 x 33 x 23 cm

Enorme nucléus taillé sous 2 angles sur le dessus(photo bas droite)  vraisemblablement par un gros percuteur tenu à deux mains, les coups venant de la face droite vers la gauche pour le gros oeuvre .Les bords sont grignotés avec un mélange de naturel et d'anthropique , le silex a beaucoup souffert et les patines sont écaillées.Les plus belles traces de travail humain se trouvent sur le museau nettement affiné (photo milieu droit) en épaisseur et sur la barbiche ( photo bas gauche) par une quinzaine de retraits . Pour les yeux il est impossible de voir si les impacts qui les figurent sont naturels ou d'origine humaine il ne reste qu'un peu de patine sur le pourtour. Sur la face droite ,un peu haut placé, on peut voir quelques retraits dus à l'homme qui pourrait etre un essai de figuration de l'oeil.(photo milieu gauche)

  sur la face gauche la "tache" de piquetages qui pourrait représenter une oreille pose le mème problème que pour les yeux.

==========  7  ==========

7 vue sc

7 face d

1 kg 450  17 x 13 cm

La taille est organisée autour de l'oeil, probable déclencheur . Toutes les parties sont bien en évidence.La partie droite du museau est amincie par 8 retraits qui effacent une bosse dans un souci de ressemblance et de symétrie avec l'autre face.Le socle sur lequel elle est en équilibre a été applani, ce qui prouve que l'artiste ne voulait pas fabriquer un biface . Posée elle évoque une tète d'ours ? Pièce magnifique quasi indemne de son séjour marin .

===========  8  ==========

17 kg 

32 x 27 x16 cm    quasiment une sculpture en ronde bosse

Magnifique pièce taillée sur 5 faces comme un bloc de bois taillé à la hache Déclencheur pas évident ,peut etre la forme de départ??.L'élaboration de cette piéce a du demander des efforts violents avec un percuteur assez lourd

8vue sc

face droite naturelle et dessus bien aplani .bel éclat au milieu avec négatif du conchoïde.

face gauche épannelée par éclats épais et mâchoires . il apparait que la taille du museau ait posé quelques problèmes avec une mauvaise qualité du silex.

cheval

8 facd d etdessus

8 f g  mus

 8 bis

ci dessus nucléus présentant la mème forme 9 X 9 X6 Cm.L'oreille est particulièrement travaillée

===========  9  ==========

650  g      11x 10 x6 cm

9vue sc

  Style très différent du reste .Le déclencheur peut etre la pointe du dessus figurant une oreille , le dessous de la tete à la naissance du museau .Sur la face droite on peut remarquer l'arasement d'un relief par 6 enlèvements précis à partir du plan de frappe de l'arrière . L'autre face est entièrement vierge de traces de travail ce qui tend à accrediter l'idée que ces "sculptures " offrent pour certaines un angle de vue privilégié par le tailleur  "Le point de vue du sculpteur"..... toujours d'actualité chaque sculpture présente un angle de vue privilégié par l'artiste

.Pâtine noire tendant vers l'orangé .

=========== 10  ==========

800 g      11 x 10 x 9 cm   taillée sur 95 %

lynx

Piéce bizarre difficile à interpréter évoquant un biface èpais (9 cm ! ) raté.La zone 1 , arrière de la tête peut être choisie de 2 façons différentes ; en se basant sur la zone n°2 bien mise en évidence et mème sur-représentée on obtient ce point de vue avec l'oeil bien en place également . Le museau est correctement affiné avec au bas de chaque coté une pointe horizontale.En brassant le tout il en sort un animal avec de longues oreilles fines ,des favoris de chaque coté de la machoire et un oeil en amande : le lynx ??

=========== 11 ==========

1 kg 600    17 x 12 x 7 cm

rennesa

Le déclencheur a du être la forme générale .Le silex diversement coloré présente une grande diversité de patines.du noir au blanc en passant par le roux . On a dans cette pièce un florilège de la taille Clactonienne avec des enlèvements de 2 cm d'épaisseur à l'arrière .L'oreille est soulignée par un large sillon obtenu on ignore comment sans casser toute la pièce un peu fendue tout de mème sur la face gauche.Il est impossible de dire si les éclats qui dessinent l’œil sont anthropiques ou naturels.Le museau est parfaitement sculpté.

=========== 12  ==========

950 g   14 x 11 x 6.5 cm

CHEVD

Position la plus probable. Piéce presque entièrement découpée de la face droite à la face gauche sauf aux endroits courbe .L'oreille est bien figurée.L'oeil a été le déclencheur autour duquel s'est organisé la taille. Félin,  outil ??....

===================================================

  13

Pièce massive à allure de percuteur. On y retrouve toutes les zones, la plus travaillée est l'oreille avec une douzaine d'impacts concordants face droite et cinq ou six décelables face gauche.L’œil droit est créé par un enlèvement court, le mufle le dessous de la mâchoire ,le pinceau de poil qui revient sur l'avant , par de nombreux impacts .Face gauche 2 enlèvements viennent achever le travail d'une véritable ronde bosse qui peut représenter un lynx , en équilibre sur son socle .                    0 kg 950              11 x 10 x 8cm     voir n° 10

DSCN2127

DSCN2129

===================================================

14

ourslm4

ourslm6

ourslm5

Face droite rapidement taillée par un grand enlèvement . La face gauche est largement entamée,une dizaine d'impacts qui tentent de ramener un équilibre avec la droite mais avec excès .Vu de face la symétrie est approximative . Le socle a été tailladé abondamment pour trouver un équilibre précaire qui cache le défaut quand la pièce est posée. Patine bleutée qui évolue vers le blanc.     1 kg 500  

 14 x 15 x14 cm

=============================================================

 14 BIS   

Ce nucléus, malheureusement très roulé ,conserve assez de plaques de patines pour témoigner du travail humain et de son organisation .En particulier l'oreille (à droite) nettement façonnée par 4 enlèvements et soulignée par 4 autres comme la majorité des autres pièces.Le front et le haut du museau est mis en forme par 2 larges enlèvements avec une entaille courte et profonde à la place de l’œil. (milieu ) La pièce repose sur un socle bien aplani par un seul large retrait .On constate sur cette pièce que la patine orange évolue vers le blanc qui semble le stade définitif le plus ancien ce que confirme les pièces 16;16bis,30 et 32 .

12x10x7 cm 1 kg050

Capture

bsj6

ours bsj2

=============================================================

LES  LIONS  ET  FÉLINS

Quelques nucléus ou choopers évoquent des têtes de lion (1,2,8 ). Deux sont taillés selon le standard défini plus haut , les autres ne sont pas tranchées à l'arrière mais sont découpés en arcs de cercle ,  ce qu'on peut imaginer comme un essai de représentation de crinière de lion mâle ( de15 à 21 et 25 ). Il est probable que le lion des savanes et le lion des cavernes ressemblaient plus aux lions encore présents aux INDES avec une crinière moins fournie et des oreilles plus dégagées ou plus grandes , qu'au lion africain.

Certaines pièces peuvent être des outils,choppers ou grattoirs (d'un maniement malaisé!),personnalisés par leur propriétaire ??.

Ce serait l'animal le plus représenté sur le site ? 16 SUR 30, l’existence d'un culte du lion en EUROPE du JURA SOUABE à L'OURAL et en Ardèche se précise....de récentes trouvailles confortent cette idée. a suivre notamment dans la grotte de GARMA en ESPAGNE où ont été trouvées des griffes de lion des cavernes qui devaient faire partie d'un décor laissant supposer un culte de cet animal. Le "roi des animaux " a débuté son règne très tôt....

lion asiatique

A gauche: le lion asiatique avec la crinière retombante

===============15===============

LE CHEF D’ŒUVRE : pièce "peaufinée" mais pas terminée !!???  12 x 7x 5 cm patine bleutée.

La première impression c'est d'avoir affaire à un biface raté et abandonné . Après examen plus réfléchi on se trouve ici devant une partie de biface avec finition au percuteur en bois de cerf qui probablement faisait la fierté de celui qui l'avait délicatement travaillée , alors que le reste de la pièce ( les trois quarts!!) est resté vierge .et chose étonnante jusqu'aux formes du cortex laissé intact ( pour quelle raison ?) qui peuvent évoquer ( sans l'aide de loupe ou autre....) des yeux ou une mâchoire , avec une symétrie quasi absolue par rapport au plan qui traverse la pièce de bas en haut .

     Probablement plus récente elle n'a pas été élaborée suivant le canevas des nucléus précédents mais élaborée avec le mème soin que certains bifaces considérés maintenant plus comme œuvres d'art que comme outils( * ), il serait donc doublement logique de la placer dans cette catégorie Quoi que puisse être cette pièce c'est un chef d’œuvre ( pour ce site précisons le)

.Ce constat nous amène à reconsidérer certains choopers qui ont une allure semblable, exposés ci-après.

On peut remarquer que la crinière est représentée comme celle du lion asiatique alors qu'elle ne l'est pas dans les œuvres pariétales.Dans la sculpture de l'homme lion de HOHLENSTEIN-STADEL,particulièrement réaliste, elle est nettement représentée.


) Marcel OTTE ouverture du 28 ème congrès préhistoire Mai 2016

"" …populations africaines…., emportant leurs précieux symboles techniques sous la forme de, bifaces pièces complexes aussi inutiles que constantes…..A l’ouest cependant , l’essoufflement migratoire tend à marginaliser le biface maintenu au titre de symbole diminutif ( comme on suspendrait un crucifix, en oubliant la croix monumentale qu’il évoque)""

LEONIN3_PhotoRedukto

LEONIN2

LEONIN1

Les pièces qui suivent sont discutables sur les interprétations possibles mais certaines convergences restent curieuses comme sur la 15 la zone n°1 est courbe et non rectiligne ce qui en fait aussi des choopings.

==================16=================

lion20

lion2

Curieuse convergence à des millénaires de distance (à gauche), même soin (relativement) dans la taille et la recherche de symétrie. L’œil est dessiné par un éclat où la patine vient en renforcer le réalisme.On imagine mal l'usage pratique de ce  chooper d'un kg.

16 BIS

A droite : Remarques identiques pour cet épais artefact taillé sur toutes les faces dans la masse qu'on peut identifier classiquement comme l'état ultime d'un nucléus clactonien , peut être aménagé en tète par l'entaille profonde ( impact incisif en direction inverse des autres vraisemblablement volontairement ) à l'emplacement d'un œil... La face gauche est taillée avec une symétrie très approximative7X7x6.5 cm


===========================================================================

16/3

chooper taillé sur une face et les 3/4 du pourtour.  10x9x6 cm   820g

comme sculpture on peut considérer l'arrière tranché, le museau retaillé ainsi que le dessous de la mâchoire (comme la pièce n°2) .La bosse qui constituerait une oreille est gardée( et elle gène la manipulation). Par contre la tache située à la place de l’œil , anomalie de patine, n'est pas à prendre en compte, puisqu'elle était recouverte par le cortex lors des manipulations

DSCN0282

==============17===============

13

Cette petite encoche (?) est également soigneusement rectifiée .L'emplacement de l'oeil est mis en évidence par 5 impacts probablement réalisés à l'aide d'un burin très fin.La partie supérieure de l'extrémité du muffle a été arrondie par un martèlement qui a enlevé de nombreux petits éclats. Patine grise , indemne, tirant sur le blanc . 5x5 cm

===18===================19===

lionsh

14

lion24

Ce petit chopper (à g.) présente la même forme de profil avec l'oreille délicatement sculptée. L’œil est dessiné par deux impacts avec patine d'époque

 A droite éclat levallois . L'oreille , l’œil en amande et l'extrémité du naseau sont  mis en évidence par une série de 8 petits enlèvements qu'il est difficile d'attribuer au seul hasard...les éclats étant très rares on ne peut pas invoquer un ramassage sélectif.

==================20====================

lion152

DSCN0116

Curieux nucléus à larges lames irrégulières d'un coté et travail très différent sur l'autre.Le tour est rectifié par de nombreux enlèvements croisés.Le dessous de la mâchoire et le cou sont mis en évidence par un enlèvement triangulaire de 10x10x15cm avec un négatif de conchoïde de1 cm de profondeur .l’œil est dessiné par un enlèvement incisif en amande. Légère patine bleutée. 18x 18 x 8 cm

nuclam.jpg

Ci-dessus gros plan sur l'enlèvement en amande situé à l'emplacement d'un oeil.Cette partie a été rectifiée par une trentaine d'impacts pour obtenir cette forme où l'on peut distinguer le front ,le museau la truffe et le menton.

===================21===================

lion 23

l.inde3

lio g

1 kg       12 x 12 x 7 cm    

Le silex au départ a déjà le profil d'un félin avec l’œil bien en place par un creux naturel.Il a suffit au tailleur de sectionner l'arrière puis d'enlever de l'épaisseur sous la mâchoire et évoquer l'oreille par un retrait.Sur la face gauche un enlèvement vient créer l’œil en symétrie avec le droit.Au milieu le lion indien avec ses oreilles en évidence.

===================22===================

CHAUV 1

LF3

LF3.A

    Encore un mystère, qu'a voulu faire l'homo avec cet énorme éclat d'entame,1kg5, qu'il a taillé énergiquement .On peut retourner la pièce dans tous les sens on n'imagine pas son emploi comme outil avec ses dimensions ( utilisé comme rabot?? ). Par contre on y retrouve les zones définies plus haut et on peut y voir une tête de lion.

   Grand éclat d'entame entièrement découpé , sauf sur le dessus, par 12 impacts principaux ( 5 cm d'épaisseur !!) à partir de la face droite.Le dessous de la mâchoire a été arrondi par "rognage" ou martelage pour enlever de nombreux petits éclats .Un creux naturel (déclencheur?) a été agrandi par un impact rasant et représente l’œil à la bonne place.L'oreille est évoquée par un éclat venu de l'extérieur comme les n°2/3/10/11/13/14.Le mufle est grossièrement suggéré et affiné par 4 enlèvements principaux.

===================23===================

lion22

lion21

Pièce élaborée sur le standard défini plus haut.L'arrière est tranché par un grand enlèvement avec quelques rectifications.L'oreille est nettement mise en évidence par deux enlèvements précis en cônes qui se rejoignent comme dans 11. Le mufle a été sectionné et aminci sur la face droite par 7 enlèvements ( plus les entames ) L’œil est naturel , sur la face gauche représenté par un creux et sur la face droite par une anomalie du cortex, c'est le probable déclencheur avec la forme générale.La grande tache blanche sur la face gauche est aussi une anomalie de cortex avec une patine blanche.

_._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._._.

24

lion15

lion 14

Ce choper (terme employé pour simplifier !?) de forme irrégulière , vu sous cet angle évoque une tête de mammifère.De nombreux détails concordants viennent à l'appui de cette impression L’œil gauche est à la bonne place, dessiné par 3 enlèvements , la bosse oreille qui aurait pu être gênante pour le maniement n'a pas été arasée ce qui aurait été le plus simple dans l'hypothèse outil mais au contraire elle est bien taillée en pointe ( 9 impacts soigneux pour l'affiner , l'intention est évidente) Le mufle court est rectifié face gauche, on pourrait dire sculpté, 5 enlèvements  , et fait penser au lion.Dessous 2 grands enlèvements qui se rejoignent déterminent une encoche ( angle de 90° ?) ou un socle pour poser l'objet sous son meilleur angle.Ses dimensions :7 cm x 10 x 8 , pour 1 kg ne plaident pas pour un maniement d'outil,d'une efficacité douteuse.On a bien là l'exemple d'un enchainement écrit dans le silex de gestes concourant vers un but précis .

============25============

lion18

lion19

Pièce analogue à la précédente, chooper d'une utilité douteuse qui évoque une tête de carnivore . Une pointe dégagée peut représenter l'oreille et un impact bien placé les yeux.......L'intention n'est pas évidente.....la maniabilité comme outil encore moins.....

=-=-=-=-=-=-=-=-     26     -=-=-=-=-=-=-=-=

lion7

DSCN2028

dsn 26

Chopper géant (!!)  3kg 150     _   23,5 x 19 x 7 cm

Énorme pièce difficile à manier mais qui comporte de nettes traces d'éclats provoquées par un travail humain planifié. A gauche 5 éclats principaux ( plus ceux d'entame disparus ) .A droite en vis à vis 3..

  le haut du mufle est raboté par 5 enlèvements rasant avec un angle d'attaque de 30 °. L’œil à gauche est suggéré par un creux assez large ( pas très visible, la photo ne permet pas de voir les détails) . Au milieu ( vu de dessus) on peut voir l’arête créée par les enlèvements ce qui donne cette allure de chopper.

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=27=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

DSCN0076

phie2

Chooper   7 x8 x 6 cm

   La mâchoire et le mufle sont suggérés ainsi que l’œil ( un petit impact ) .La place de l'oreille est possible mais discutable...quoi que si on compare avec le dessin exécute quelques millénaires plus tard , probablement, on soupçonne un essai maladroit.

====28============================29====

,

ces 2 nucléus massifs en forme de choper pourraient représenter des félins  . Celui de gauche 1 kg 95  16 x 17 x 12 cm .Largement "épluché" à l'arrière par de larges éclats. l' œil est dessiné par un enlèvement rond de2 cm de diamètre.Au milieu vue arrière montrant "l'épluchage" et les impacts courts et profonds ,véritable "piquetage" le long de l’arête pour enlever de l'épaisseur et arrondir la courbe et pas du tout pour extraire de beaux éclats ou réaffuter l’arête.

  A droite travail et dimensions identiques.  2 kg 050 .La forme générale évoque une large tête de félin qui ressemblerait plus au tigre ou au lynx avec les favoris de chaque coté qui reviennent vers l'avant .L’œil face gauche est évoqué par un creux naturel et face droite par un enlèvement bien placé dans un essai de symétrie (?) . reproduction allemande de l'homotherium ,tigre à dents de sabre dont on retrouve des mâchoires dans la mer du nord ??

panth

panthar

DSCN0026

TIGDEV

homotérium

29B ci dessous

Nucleus de forme identique .Les emplacements des yeux sont naturels avec sur le profil gauche quelques traces de patine d'époque sur le pourtour et à l'emplacement des narines . L'arrière est tranché par 3 éclats violents qui laissent des négatifs de bulbe et d'ondes de choc de l'ordre du cm .Quelques éclats plus petits viennent souligner l'oreille.

DSCN0327

DSCN0338

DSCN0339

===================30===================

Ci dessous CHOPER avec enlèvements cohérents alternés.Noter la forme générale et l'entaille profonde en forme d' " accent circonflexe " toujours à la mème place.... (photo milieu et à droite)

 la tache noire à l'emplacement de l’œil est naturelle et due à une anomalie de patine. (face droite à g.) .Interprétation aléatoire....

14 x 10 x 5.5 cm     980 g

DSCN0097

DSCN0098

hy001

==========================================================

31

900 g  12 x 6 x 11 cm   Tranchée à l'arrière par 4 enlèvements majeurs et quelques rectifications. Aplani face gauche par un enlèvements qui fait les 3/4 de la surface et 3 autres petits.L bout du museau laissé épais a reçu 2 impacts symétriques à l'emplacement des narines ?? L’œil est représenté par un creux dû à un impact particulièrement adroit ou anomalie de cortex plus probable qui a du servir de déclencheur, on ne distingue pas de conchoïde.

rinh1

rinh2

ci dessous plaquette trouvée avec des centaines d'autres plus ou moins gravées dans la grotte de BEDEILHAC (Magdalénien) . (Musée de Chicago)Etude de G SAUVEThttps

://www.researchgate.net/publication/289536851_

Moyen différent mais projet et résultat apparemment comparables

bedelhiac  musée de CHICAGO

=============================================================

32

Pièce illustrant parfaitement les explications avec la pointe oreille bien découpée et le museau également, peut servir de modèle.Patine blanche ,état impeccable. Une tête d'élan??

elan

QUELQUES  MODÈLES SEMBLABLES

Ces petits artefacts (33,34 )sont taillés plus délicatement, leurs dimensions ne se prêtant pas à supporter une débauche d'énergie.Il y a dans ces galets aménagés un "air de famille" indéfinissable. a cette série on peut ajouter les  n°31 et 23 .

min 3 fd

min 3 tr ar

min 3f g

33 Ci dessus L=10 cm   H= 12cm  EP= 5 cm

 34 Ci dessous L =8 cm   H=10,5 cm  E = 4,5 cm

34 BIS  H=15 cm        L=9 cm  EP=6 cm   1Kg:

Face droite (9 enlèvements), gauche (1 enlèvement principal et 5 plus petits),  vue arrière droite avec la série d'enlèvements .

antiloppe1 fd

min 4 tr ar

antiloppe1-f g

DSCN0275

DSCN0274

DSCN0276

===========================================================================

DSCN0254

DSCN0253

   35

Ci dessus biface raté et abandonné ??  11 X 6 X 4cm .  Utilisation pas évidente.....comme outil.Si on pense sculpture on peut imaginer une tête d'herbivore genre antilope ou daim ( DAMA CLACTONIA) ( le lapin était inconnu à l'époque) .Les creux naturels ( vice rédhibitoire pour un outil) peuvent figurer les yeux et auraient servis de déclencheur pour le choix du silex .La base avant de l'oreille est nettement creusée par rognage à petits coups pour préciser la forme ??.

36 NUCLEUS MASSIF  EN FORME DE TÊTE D'OURS  ??

   Taillé sur des plans perpendiculaires.En haut à gauche "dessous", à droite face avec museau pointu. En bas profil droit , 3/4 face , profil gauche avec vue de l'arrière entièrement "raboté". A remarquer l'éclat court et épais pour affiner le dessous du museau à gauche (?) dans un essai de symétrie avec le coté droit.

14 X13X11 cm         1kg 650

DSCN0194

DSCN0192

DSCN0191

DSCN0195

DSCN0193

=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

  Si on admet les représentations de tête on peut extrapoler en voyant également des animaux entiers ce qui serait logique . Mais si une tête avec un silex adéquat n'est pas trop difficile à réaliser c'est beaucoup plus complexe avec l'animal entier. Néanmoins il est probable qu'ils aient fait quelques essais. Voir la sélection ci dessous de trois exemplaires abondamment taillés qu'on peut se risquer à considérer comme les limites en probabilité acceptables pour l'interprétation.

==============37==============38========

La particularité de cette pièce est d'être soigneusement taillée à l'arrière dans un style très soigné ( comme 15 ) qui n'a rien à voir avec le reste, cependant l'usage comme outil est peu vraisemblable , on ne voit pas d'encoche utilisable, l'arrière est tranché à 90°. On peut imaginer à l'autre extrémité une petite tête avec un museau légèrement rectifié et les deux oreilles . Il est possible que ce soit un essai de figurer l'animal entier avec la bosse sur le dos et et les deux bosses dessous représentant les pattes.Le déclencheur étant la forme naturelle de la pierre ne demandant qu'un minimum de correction à l'arrière .A droite petit artefact du mème genre pouvant représenter une tête d'ours

O.3.a

ouraba

O.2

====39=======================40====

Autres pièces  qui suscitent les mèmes commentaires,aussi prudents .

A g .Ça ressemble à un grattoir mais les bords sont convexes avec les arêtes inutilisables pour cet usage.En cherchant bien , à la limite..., on peut imaginer une silhouette de bison avec la bosse dorsale , idée renforcée par la tète naturelle légèrement  inclinée sur la gauche (déclencheur?),rectifiée par 3 enlèvements et un martelage pour arrondir le haut afin d'établir un semblant de symétrie ( vu de face) avec le coté gauche . La ligne de "l'arrière train" est profilée par 2 enlèvements .La zone entre les pattes est abimée la patine est sautée et il est difficile de distinguer le travail humain du naturel. La pièce est en équilibre dans cette position.  10 x 7 x 4 cm. La pièce 37 plus grande offre de grandes similitudes d'élaboration .

  A droite : silex profondément raboté par des enlèvements courts et épais qui évoque une silhouette de mammouth (chignon occipital,ligne dos tombante ), idée renforcée là encore par un martelage plus léger sur le devant qui dégage une fine arête verticale qu'on pourrait interpréter comme un essai de représenter une trompe.On peut longuement s'interroger sur la fonction domestique de ce genre de pièce et la nécessité d 'une telle taille .

     Une probabilité non négligeable est que les interventions humaines avaient  pour but de leur donner une forme préconçue comme le tailleur de bifaces qui ne s’embarrassait pas de la forme des éclats qu'il enlevait mais de ce qui allait rester de sa pièce.

D'autres pierres pourraient appartenir à la mème catégorie mais n'offrent pas une représentation assez précise d'un animal( dans n'importe quelle pierre irrégulière on peut voir une forme d'un animal quelconque) ou pas assez de garanties en ce qui concerne l'origine anthropique des enlèvements....ce qui est rédhibitoire dans ce domaine.

       

BISON COTE

mamouthe

buffalo

 =================================

41

Autre "découpage" en forme de bison (20 x10 cm ) avec la tête (dessus aménagé, véritable rabotage,une dizaine d'impacts ) un œil bien placé est évoqué par un creux naturel agrandi par un enlèvement dont on ne voit que le reste de patine blanche sur le tour .L'allure générale évoque le bison d’Amérique , le bison d'origine tel qu'il existait à l'époque différent du bison d'Europe qui est un hybride de bison et d'auroch qui sera représenté plus tard dans les grottes.

Photo dessous profil gauche ?VUE DU SCULPTEUR?. La courbure de l'arrière train ,au dessus du trou naturel ,est découpée par une quinzaine d'impacts cohérents , d'une belle unité de patine blanche , de la bosse (les plus évidents) au bas de la patte arrière.Les accidents naturels du silex peuvent évoquer le profil d'une patte avant gauche avec un poitrail et la barbiche retombante (déclencheur ?? ) et pouvait  apparaitre comme la bourre du pelage qui reste accroché pendant la mue.....l'imagination est largement sollicitée.....mais artefact indéniable malgré l'érosion par le sable qui a fait disparaitre certains retraits et très grande ancienneté relative probable par rapport à l'ensemble, patine entièrement blanchie ce qui fait ressortir les impacts par rapport aux accidents naturels

buffalo tete

BUFFALO 2

=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+==+=+=+=+=+

Après avoir essayé de représenter des animaux il est probable qu'ils aient essayé de figurer des humains.Quelques pièces bizarres ont été regroupées sur le site: http://VENUSCLACTONIENNE.monsite-orange.fr qui pourraient traduire ce genre d'essai ,en tout cas qui interrogent sur la nature de ces artefacts uniques.

=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+

CHOPPERS   OU  PROFILS  DE MAMMIFÈRES ??

A gauche: chooping sans encoche .

 au milieu : pointe avec talon sectionné par 2 enlèvements , coin pour fendre le bois ou tète d'ours ( déclencheur :la forme naturelle)

A droite: nucléus ? choper grossier difficile à manier avec un taillant rudimentaire , tête d'ours des cavernes? illustration parfaite du problème...outil ou sculpture....??

DSCN0240

DSCN0242

DSCN0244

DSCN0241

DSCN0243

DSCN0245

DSCN0290

A g : 4 enlèvements et un grand creux naturel formant un œil et délimitant le mufle . A d : 12 enlèvements .Patine blanche.

h=11cm  l=10 cm  E=7cm 1kg150

DSCN0291

ECLAT2

Que penser de cet éclat levallois en forme de tête d'ours avec des détails précis bien placés.Hasard heureux ou savoir faire artistique d'un tailleur averti ??

a rapprocher du n° 19

Des découvertes assez anciennes telles les sculptures de DOLNI VESTONICE , celles de VOGELHERD, curieusement peu citées ,les nouvelles découvertes dont la grotte CHAUVET, ont fait voler en éclats l’édifice rigoureux édifié dans la deuxième moitié du 20èmè siècle , et reculant encore les débuts de l’art pariétal obligent à faire évoluer les mentalités . La thèse d'un art débutant exclusivement avec l'HOMO SAPIENS devient indéfendable.

Devant la perfection achevée de cet art pariétall’idée d’une longue période d’évolution d’un apprentissage avant ces chefs d’œuvres s’est imposée. Quand on considère les durées des différentes périodes des niveaux technologiques d’OLDOWAYS à SOLUTRE on peut envisager le même rythme d'évolution de la naissance à l’aboutissement de l’art.  (voir ci dessous la réponse de LORBLANCHET, grand spécialiste de l'art pariétal du S-W, lors d'un interview sur l'art préhistorique , ce qui n'engage en rien son opinion, comme celles de ses collègues cités, sur l'hypothèse défendue ici ).

_  Du ramassage de pierres, de curiosités pour leur forme, leur rectification, l’amusement avec des boulettes d’argile, jusqu’aux charbons de bois frottés sur des rochers pour dessiner, voilà les premiers moyens de découvertes à la portée de tout le monde

Quelle « intelligence prête » a-t-elle été« favorisée »(PASTEUR) lors de ces essais. (1 *) Sous quelle forme cela a-t-il débuté jusqu’à la perfection de l’art pariétal, là est la question


COGITO!!! ETC.........

             L’ensemble original présenté ici, si limité et isolé soit-il, peut être un élément de réponse, il parait au moins suffisant pour poser la question avec davantage de consistance que les quelques documents officiels habituellement resservis et qui sont loin de faire l’unanimité parmi la communauté scientifique circonspecte en majorité sur la nature anthropique des traces de transformations.

De nombreuses questions se posent à propos de ces pièces .

   D'abord sur leur ancienneté .Les n° 15 ET 20 sont faites d'un silex qui rappelle le silex des pièces trouvées au site de "la rochette" à 1 km5 de distance et classé en Moustérien ( d'après l'auteur la pièce la plus ancienne serait le n° 41avec cette patine blanche et le simple travail de découpage). Les autres ,la majorité, ressemblent aux outils Clactoniens.Ils sont apportés ou déterrés par le mer il est donc probable qu'ils ont été fabriqué à une période où le niveau marin était plus bas qu'actuellement  ce qui les a protégé.Le CLACTONIEN conserve une bonne dose de mystère.Souhaitons que les recherches effectuées dans L'EAST ANGLIA apportent quelque certitudes.

Quelle aurait pu être la signification d'une telle production artistique pour leurs auteurs.On y voit une majorité d'animaux dangereux..LIONS , félins, ours .Ce serait la seule certitude...(  MAIS  que des mammifères!!) Ce ne serait que des figurations ,marques d'intérêt pour ces animaux  , dans quel esprit : simple objet de curiosité , signes d' une crainte admirative obsédante pour les plus prestigieux ,amusement ( cibles pour le lancer de javelot comme dans les cavernes...) certainement pas un intérêt culinaire .

   autre constat intriguant , on ne voit pas de tête de chevaux contrairement à ce qu'on pouvait attendre????

   Les nucléus "énigmatiques" de Wimereux peuvent correspondre à ces premiers probables essais, passage de la technique à l'art, à la limite de l' identifiable,par définition ( et de l'acceptable au niveau imagination ) , ne soyons pas trop exigeants!!,qui ont eu lieu fatalement un jour ou l'autre...il a bien fallu un début...et si on ne croit pas en ceux là on voit mal ce qui pourrait convenir......puisqu'on n'en sait à peu près rien de sérieux tous les autres documents périssables ayant disparus .

    Ce qui pose question c'est le fait qu'on en n' ait pas trouvé ailleurs jusque maintenant  ce qui ne fournit aucun élément de comparaison . L'explication peut en être l'abondance pléthorique des silex de grande dimension et de formes tarabiscotées facilement accessibles dans les falaises  des alentours.

    A BEDEILHAC la profusion de morceaux de plaquettes de limon durci dans la grotte a probablement provoqué les mèmes désirs d' aménagement de morceaux choisis en   sculpture ( surtout chez des enfants ,avis personnel ) et on n'en a trouvé nulle part ailleurs....

  Un caillou en forme de tête ou d'animal c'est banal, Une série de silex taillés par l'homme suivant le mème canevas d'élaboration et n'étant ni un outil ,ni un nucléus mais représentant plus ou moins précisément une tête de mammifère c'est à un niveau de probabilité quasi inexplicable par le hasard. La possibilité d'avoir affaire à des sculptures n'est pas une hypothèse à écarter , tout aussi valable qu'un usage domestique quelconque peu évident étant donné les poids et les formes peu susceptibles de faciliter  un travail quelconque.

On peut évidemment répondre que l'imagination peut donner des illusions.......l'auteur ,conscient du problème, peut répondre qu'il a manié longuement ces pièces ce qui est autrement instructif qu' une photo...mais vous pouvez l'aider en donnant votre propre avis quel qu'il soit sur la question.

L'auteur met au point un site supplémentaire où sont stockées quelques photos intrigantes également comme ce nucléus ci dessous où l'artiste a pu donner toute  la mesure de sa forme physique.(15 x 15 x 15 cm )

       .

LM droit

LM  devant

LM gauche

LORBLANCHET

bahn

Encore une fois nous citerons PAUL BAHN et JEAN VERTUT , extrait de la conclusion du livre "JOURNEY THROUGH  THE  ICE  AGE .

Autrement dit nos chances de comprendre le sens de l'art préhistorique sont bien limitées

AU CHOIX........

« On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres: mais une accumulation de faits n'est pas plus une science qu'un tas de pierres n'est une maison » Henri Poincaré 


Tertio, l'expérience et l'observation priment la théorie. Si après vérification elles contredisent bien la théorie, la théorie est à revoir 


"absence de preuve n'est pas preuve d'absence "Exnihiloest

(1)* Sur la question de l’invention voir le livre incontournable de S de BEAUNE« l’homme et l’outil »)

2 * Michel LORBLANCHET la naissance de l'art ed ERRANCE

3* S DE BEAUNE De la beauté du geste technique en préhistoire

DR J JELINEK : Encyclopédie illustrée de l'homme préhistorique

NICK BARTON : Ice age BRITAIN

"La RECHERCHE . octobre 2012.

Leroy-Gouran  : Le geste et la parole

GEORGES SAUVET :

L'ART MOBILIER NON CLASSIQUE DE LA GROTTE MAGDALENIENNE DE BEDEILHAC

https://www.researchgate.net/publication/289536851_

ILLUSTRATIONS DE L' AUTEUR

Demandes de précisions ,photos ,etc....commentaires ( quels qu"ils soient mais ils peuvent faire avancer les choses!!!! ) à charles.belart@orange.fr